Les points essentiels a savoir sur l’assurance auto au Québec

Au Québec, nous avons deux régimes d’assurance automobile. Le premier est public et administré par la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ), le second est privé et géré par les assureurs.

Le régime Public : Tous les Québécois sont couverts par le régime public, qu’ils roulent chez eux ou à l’étranger. Il s’agit d’un régime sans égard à la faute qui couvre les blessures corporelles subies dans un accident automobile. Les automobilistes financent ce régime en payant leur permis de conduire et leur certificat d’immatriculation.

Le régime privé : Le régime privé couvre principalement les dommages matériels.

Le minimum prescrit par la loi :

Tous les automobilistes du Québec sont tenus de contracter, auprès d’un assureur privé, une assurance responsabilité civile d’au moins 50 000 $. Cette assurance couvre les dommages matériels causés à autrui. Elle protège également contre les éventuelles poursuites. Les personnes qui conduisent une automobile sans avoir la protection minimale exigée par la loi sont passibles d’une amende. Elles encourent de plus la suspension de leur permis de conduire.

Locateurs et prêteurs ont des exigences

Vous louez votre voiture chez un concessionnaire ou faites affaire avec une entreprise de crédit pour la financer? La plupart de ces entreprises exigent que leurs clients aient une assurance responsabilité civile d’au moins un million de dollars ainsi qu’une protection « collision et accident sans collision ». Dans certains cas, elles demandent également que la franchise soit d’au plus 500 $, mais elles ne peuvent exiger que vous fassiez affaire avec un assureur en particulier.

Avenant « valeur à neuf » ou garantie de remplacement offerte par le concessionnaire?

Vous hésitez entre l’avenant « valeur à neuf » proposé par votre courtier ou votre assureur et la garantie de remplacement que vous offre votre concessionnaire? Bien que ces deux contrats se ressemblent, ils ne sont pas identiques. Par exemple, en cas de perte totale, les détenteurs d’un avenant « valeur à neuf » peuvent généralement se procurer un véhicule de même nature et de même qualité que le véhicule accidenté, peu importe sa marque. Quant à ceux qui ont acheté une garantie de remplacement, ils doivent se procurer chez leur concessionnaire un véhicule de la même marque que le véhicule accidenté. De plus, pour continuer à bénéficier de cette protection une fois qu’ils sont en possession de leur nouveau véhicule, les détenteurs d’une avenante « valeur à neuf » conti-nueront simplement à payer leur prime, alors que ceux qui avaient une garantie de remplacement devront en acheter une nouvelle, leur contrat ayant pris fin au moment où la garantie a été utilisée.

Travailleur autonome, soyez vigilant!

Vous êtes travailleur autonome? Dites-le à votre assureur ou à votre courtier. Cela vous permettra d’être adéquatement couvert. Si vous omettez de l’en informer et que vous avez un accident dans le cadre de votre travail, vous risquez de n’être indemnisé qu’au prorata de la prime que vous avez payée, voire de ne pas être indemnisé du tout. Vous ne pouvez travailler sans votre auto?

Faites ajouter à votre contrat un avenant permettant la location d’un véhicule à la suite d’un sinistre. Ainsi, vous ne risquerez pas d’être privé de votre instrument de travail.


gmfallianzamaguizcarrefourGroupamammamaafcredit-mutuelmacifnexxMAIFmatmutAxagan-assurance